Retrouvez les replays de la 4ème édition
Rechercher dans tout le site

Un nouveau consensus pour le monde post-Covid : Gaspiller moins pour gagner plus

Lors du Forum de Paris sur la Paix, le 12 novembre dernier, le président français Emmanuel Macron et d’autres dirigeants mondiaux ont lancé une discussion internationale sur l’élaboration d’un nouveau consensus pour le monde post-Covid-19. Cette discussion se poursuit par un débat continu, avec des contributions de dirigeants et d’experts du monde entier. Découvrez la tribune du Bertrand Piccard, Président de la Fondation Solar Impulse.

Gaspiller moins pour gagner plus

Notre monde est extraordinairement inefficient. Nous gaspillons d’immenses quantités d’énergie, d’eau, de matières premières et de nourriture. Nous allons même jusqu’à gaspiller nos déchets et les précieuses ressources qu’ils contiennent. Si nous faisons cela, ce n’est pas tant par manque de conscience écologique que parce que la société dans laquelle nous vivons est bâtie sur le mythe de ressources infinies.

La persistance de cette situation de fausse abondance est moralement inacceptable, à l’heure où une grande partie de la population mondiale manque de ce qu’une minorité gaspille quotidiennement. Le coût financier est également considérable, maintenant que des technologies existent pour mettre fin à ce gaspillage.

Certains considèrent la décroissance économique comme une option pour atteindre les objectifs climatiques et autres ambitions environnementales mondiales. Or, l’adoption de technologies nous permettant de devenir plus efficients apparaît beaucoup plus judicieuse. Cela signifie remplacer de vieilles infrastructures polluantes par des systèmes modernes plus propres.

Mais qu’est-ce que l’efficience ? C’est la capacité de parvenir à un maximum de résultats avec un minimum de ressources. Dans le domaine de l’énergie, on parle d’efficience énergétique pour une consommation d’énergie minimisée et un service rendu maximal.

Pendant longtemps, on a opposé la recherche d’efficience avec l’effet rebond, phénomène par lequel l’amélioration de la qualité technologique d’un bien a pour conséquence l’augmentation de sa consommation. Cette observation de 1865 était liée à un libre marché total. Aujourd’hui, la situation change avec des réglementations écologiques et des mesures incitatives sur la baisse de consommation, qui évitent de perdre les gains environnementaux de l’efficience.

Ne faisons pas non plus de procès d’intention au consommateur. On pourrait imaginer un effet rebond positif à l’heure d’une prise de conscience environnementale, où les gains économiques d’un ménage sur ses factures d’électricité seraient consacrés à une alimentation plus saine ou à l’achat d’un véhicule électrique.

L’efficience doit faire partie de notre réponse globale au défi climatique. L’Agence Internationale de l’Énergie estime que les technologies d’aujourd’hui pourraient diminuer notre consommation d’environ 3000 TWh – soit plus de 10 % de la consommation mondiale d’électricité. D’ici 2040, ce potentiel d’amélioration aura presque doublé et représentera environ un quart de la consommation totale. Ceci est rendu possible notamment grâce à l’amélioration des systèmes de gestion de l’énergie, qui permettent de limiter les pertes de production et de distribution. Sans même parler de l’utilisation des sources renouvelables.

Les politiques publiques en faveur de l’efficience permettraient également d’améliorer l’accès à l’électricité dans le monde, alors que 13% de la population en est toujours privé. Puisque le niveau de vie global augmente, il est primordial de s’assurer que cette nouvelle demande de consommation se fasse au travers d’appareils efficients, afin d’assurer à la fois prospérité sociale et respect des engagements environnementaux.

Maintenant que la technologie existe, les gouvernements doivent mettre en place des normes plus strictes en matière d’efficience. Cela permettra de développer la demande pour ces technologies qui seront ainsi tirées vers le marché. Ce genre de réglementations seraient difficiles à prendre si elles devaient pénaliser les citoyens et la croissance économique. Mais ces solutions font exactement l’inverse : elles augmentent les profits des entreprises et créent des emplois !

Sortons enfin du clivage stérile entre croissance économique et respect écologique. Les deux doivent aller de pair. Ne tardons plus à mettre en œuvre ces solutions propres, efficientes et rentables, puisqu’elles sont disponibles !

par Bertrand Piccard, Président de la Fondation Solar Impulse

À la fois psychiatre et explorateur, Bertrand Piccard est entré dans l’histoire en réalisant deux premières aéronautiques : un tour du monde en ballon sans escale et un tour du monde en avion solaire. Pionnier dans sa démarche de considérer l’écologie sous l’angle de la rentabilité économique, il s’emploie, dès le début des années 2000, à promouvoir les énergies renouvelables et les technologies propres. Président de la Fondation Solar Impulse, son défi aujourd’hui est de sélectionner 1000 solutions rentables pour protéger l’environnement et assurer une croissance propre.