Retrouvez les replays de la 4ème édition
Rechercher dans tout le site
Les espaces communs : océans, climat, espace, biodiversité

Les forces armées s’engagent pour réduire leur impact sur le climat

Une initiative lancée par 22 Ministres de la défense lors de la quatrième édition du Forum de Paris sur la Paix.

Le changement climatique représente un immense défi pour la sécurité globale. L’insécurité alimentaire, la multiplication des phénomènes météorologiques extrêmes, la vulnérabilité des équipements et infrastructures sont de nature à provoquer des troubles sociaux et internationaux de grande ampleur. Ce défi touche également les forces armées. En 2021, le Forum de Paris sur la Paix a réuni 22 ministres de la Défense provenant de tous les continents autour de l’initiative « Changement climatique et forces armées ». Cette feuille de route, base d’une coalition qui va s’agrandir, vise à réduire les émissions des forces armées, atténuer les dommages, et renforcer la coopération entre États dans le processus d’adaptation des forces armées à l’impact du changement climatique.

Déclaration conjointe : Changement climatique et forces armées

Selon les experts du Groupe Intergouvernemental d’Experts pour le Climat (GIEC), la température mondiale devrait atteindre +1,5°C par rapport à l’ère pré-industrielle autour de 2030. D’ici à 2050, et sans action immédiate, cette augmentation devrait se poursuivre au-delà de ce seuil pour atteindre la limite des 2°C, et ce, avant même la fin du 21ème siècle. En parallèle, la pandémie de COVID-19 a été le catalyseur d’importants bouleversements politiques, économiques, sociaux et énergétiques. Les effets du changement climatique amplifieront ces phénomènes. Ils menaceront directement la biodiversité, l’environnement, et, par conséquent, les activités humaines. La destruction des ressources naturelles, ajoutée à l’intensification des évènements climatiques extrêmes tels que les ouragans, les inondations ou la montée des eaux et les feux de forêts pourraient par ailleurs entraîner d’importants déplacements de populations et exacerber certaines menaces. Le changement climatique aggrave en effet l’instabilité pré-existante et est donc largement considéré comme un multiplicateur des risques, ayant le potentiel de créer de nouvelles tensions et de nouveaux conflits. Les rivalités pour l’accès aux ressources naturelles s’intensifient dans certaines régions, tandis que les grandes zones de production et de transit sont le théâtre de tensions géopolitiques et démographiques récurrentes. La mise en oeuvre de politiques de transition énergétique crée de nouvelles opportunités mais également de nouvelles dépendances, tant en matières premières qu’en savoir-faire industriels.

Dans ce contexte, les forces armées doivent dès à présent s’adapter à cet environnement en évolution (accroissement des luttes d’influence autour des enjeux liés aux ressources, nouvelles conditions d’intervention, nouveaux types de missions). Nous devons travailler de concert et renforcer notre coopération afin de jouer pleinement notre rôle dans la lutte contre les effets du changement climatique, tout en préparant nos forces aux impacts croissants de ce dernier et de la transition énergétique. La préservation de la biodiversité est également une mission importante qui doit être prise en compte dans le domaine de la Défense.

Les forces armées dépendent encore fortement des énergies fossiles. Afin de s’adapter à l’augmentation de la fréquence des évènements météorologiques extrêmes et plus largement au changement climatique, nos stratégies respectives et documents d’orientations doivent mieux prendre en compte le nexus climat-défense dans l’ensemble du spectre de nos missions, dont nos opérations, infrastructures, entraînements et équipements. Nous devons également trouver des moyens de réduire notre empreinte écologique, en faisant en sorte que ces derniers apportent une plus-value à nos missions/opérations et ne soient pas un obstacle. Pour cela, nous devons réfléchir à comment nos forces peuvent exploiter des technologies militaires bas carbone, des matériels et équipements moins énergivores tout en s’assurant de maintenir un haut niveau d’interopérabilité et en préservant l’efficacité opérationnelle des forces. Nous sommes convaincus par ailleurs qu’il est indispensable de promouvoir une culture de la sobriété énergétique et d’étudier des moyens de préserver et de protéger l’environnement, en s’appuyant sur l’innovation et les technologies digitales, mais aussi en favorisant le partage de bonnes pratiques.

Adaptation et résilience sont les deux maître-mots qui guident nos décisions et nos actions.

A cette fin, Nous, ministres de la Défense, aspirons à développer les échanges d’informations, d’analyses, d’expériences et de bonnes pratiques, tant sur le plan militaire que politique, afin de développer notre compréhension des implications sécuritaires du changement climatique et des opportunités de la transition énergétique pour nos forces.

Alors que la COP-26 a renforcé l’ambition climatique internationale, il est en effet nécessaire que les institutions de défense consolident, elles aussi, leur engagement. A cet égard, nous promouvrons différentes actions afin d’introduire ces enjeux au sein des différentes instances pertinentes de coopération et de dialogue en matière de défense et de sécurité, aussi bien à l’échelle régionale que mondiale. Des propositions d’axes d’effort conjoints sont présentées dans la feuille de route en annexe.

La transition énergétique doit constituer un atout opérationnel pour le domaine de défense ainsi qu’un axe de coopération privilégié entre les Etats. La nécessité d’une coordination internationale pour répondre efficacement à ces nouveaux enjeux s’impose chaque jour davantage.

Le prochain Forum de Paris sur la Paix en 2022 sera l’occasion d’évaluer les progrès réalisés quant aux axes d’efforts proposés ce jour.

La liste des pays cosignataires à ce stade est la suivante : Albanie, Autriche, Belgique, Canada, Chypre, Côte d’Ivoire, Corée, Danemark, Espagne, Estonie, Etats-Unis, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Lituanie, Luxembourg, Malte, Norvège, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas, Portugal, Sénégal, Slovénie.


Télécharger la déclaration

  Regarder le replay

Projets qui pourraient vous intéresser

Les espaces communs : océans, climat, espace, biodiversité
Net Zero Space Enabling Space Projects
Astroscale (AS) est la première entreprise privée dont l'objectif est d'assurer le développement sûr et durable…
Astroscale
International
Japon
En savoir plus sur le projet
Les espaces communs : océans, climat, espace, biodiversité
Water resilient cities
En raison du changement climatique, la fréquence des événements météorologiques extrêmes augmente et les villes ne…
Strelka KB
Europe
Russie
En savoir plus sur le projet
Les espaces communs : océans, climat, espace, biodiversité
SSA Capacity Building
Ce projet vise à proposer des services de Space Situational Awareness (SSA) et la construction de…
Share my Space
International
France
En savoir plus sur le projet