discussion-with-Senegalese-president
global commission drug policy

Model Drug Law

Sélectionné au Forum de Paris sur la Paix 2019 pour bénéficier d'un an de soutien en 2020

Projet porté par :

Global Commission on Drug Policy (GCDP)

Zone géographique
Afrique
Thème
Développement

Le projet cible les dirigeants nationaux, les organisations clés de la société civile ainsi que les journalistes afin de renforcer de manière durable et significative la capacité d’amélioration des lois relatives à la drogue en Afrique. La réplicabilité du projet pourra être appliquée en Afrique de l’est et du sud dans les pays touchés par les circuits d’acheminement de l’héroïne.

Projet

La loi anti-drogue type (Model Drug Law) fournit aux décideurs des orientations concrètes sur la façon d’établir des lois anti-drogue nationales fondées sur des données factuelles, équilibrées et efficaces, et qui s’appuient sur les principes de la sécurité et des droits humains, de l’inclusion sociale, de la santé publique, du développement et de la participation de la société civile. Cette loi type est conforme aux obligations internationales et inclut les bonnes pratiques du monde entier.

Organisation

La Global Commission on Drug Policy a été créée par des responsables politiques et des personnalités des sphères culturelle et économique afin de promouvoir des réformes de la politique en matière de drogue fondées sur des données probantes qui traitent également des questions de santé publique, d'intégration sociale et de sécurité, dans le strict respect des droits de l'homme. Elle compte actuellement 26 membres, dont quatorze anciens chefs d’État ou de gouvernement et trois lauréats de prix Nobel. Depuis sa fondation en 2011, la Commission a fondamentalement changé le débat mondial sur la politique des drogues et la sensibilisation du public à cette question. Ses rapports thématiques ont suscité des réactions de la Maison Blanche et d’autres gouvernements et près de 10 000 articles de presse dans les médias de 180 pays. Ses travaux ont été utilisés pour justifier des réformes gouvernementales et législatives, notamment au Brésil, en Colombie, au Mexique et en Uruguay. Les membres de la Commission ont rencontré et discuté avec le Secrétaire général des Nations Unies et les chefs d'agences des Nations Unies, par ex. L'ONUDC, le PNUD, l'OMS et l'ONUSIDA, ainsi que les gouvernements nationaux. Ils ont soutenu la création de coalitions d'États « qui partagent les mêmes valeurs » et renforcé les groupes de la société civile du monde entier pour plaider en faveur d'une réforme progressive.

Abonnez-vous à la newsletter