Tout ce qu’il faut savoir sur la troisième édition

Une nouvelle expérience numérique

En raison de la recrudescence de la pandémie de Covid-19, la troisième édition du Forum de Paris sur la Paix aura lieu sous un format numérique.

Une plateforme inédite, spécialement conçue pour reproduire l’expérience physique et permettre de tenir un évènement complet en temps de pandémie, rassemblera les plus de 10.000 participants attendus pour cette troisième édition du Forum.

justin vaisse paris peace forum

« Même si le dispositif initialement conçu respectait de façon stricte les règles sanitaires en vigueur et les jauges prescrites, nous avons fait le choix du risque zéro pour éviter toute contamination potentielle. Ainsi, aucun public, aucun intervenant ou journaliste ne sera présent à la Grande Halle de La Villette.

Le Forum de cette année est consacré à la réponse à la crise et aux principes qui doivent régir l’ordre international post-Covid. Il fait également une large place aux projets et aux initiatives du monde entier visant à apporter des réponses immédiates à la Covid-19, à améliorer notre résilience sur le moyen terme, et à reconstruire un monde plus durable. »

– Justin Vaïsse, Directeur général du Forum de Paris sur la Paix

Bien plus qu’une simple vidéo, la plateforme numérique permet aux participants en ligne de :

🗣️ Regarder chaque session du riche programme de débats, en direct ou en replay (Seules quelques sessions seront diffusées en dehors de la plateforme numérique).

🙋Partager leurs idées et interagir directement avec les intervenants des sessions grâce aux outils de questions-réponses et aux sondages d’opinion.

🤝 Contacter d’autres participants grâce à des outils de networking dont les algorithmes facilitent la mise en relation avec des acteurs de la gouvernance mondiale aux intérêts communs.

💬 Échanger sur des sujets qui leurs sont importants avec d’autres participants grâce à des outils dynamiques de chat et de vidéo en direct.

🌐 Découvrir les 100 projets sélectionnés dans l’Espace des solutions, regarder le pitch de chaque projet et entrer en contact avec les porteurs de projet.

📅Créer leur propre agenda personnalisé avec des débats, des présentations et des réunions de networking afin de ne rien manquer.

👨‍🏫Découvrir des sujets d’intérêt en participant à des ateliers en ligne organisés par les partenaires du Forum.

Seuls les participants inscrits en amont auront accès à la plate-forme numérique du 11 au 13 novembre, alors n’oubliez pas de demander d’invitation !
Un programme qui va au-delà des simples discussions pour apporter des solutions concrètes

Un riche programme de sessions sera consacré à des initiatives et projets concrets, tels que l’Appel de Paris pour la confiance et la sécurité dans le cyberespace, le dispositif pour accélérer l’accès aux outils de lutte contre le Covid-19 (ACT-A), ou le sommet Finance en Commun, première rencontre mondiale des banques publiques de développement pour une reprise durable. Parmi les points forts de ce programme, on peut notamment citer :

  • La Cérémonie officielle du 12 novembre à 14h (heure de Paris) : elle mettra en scène de nombreux chefs d’État, de gouvernement et d’organisations internationales qui se réuniront autour du président de la République française Emmanuel Macron pour réfléchir à une réponse collective à la pandémie et définir les principes du monde d’après-crise.
  • Les banques publiques de développement représentent chaque année 10 % des investissements mondiaux. Si nous voulons avancer sur les Objectifs de développement durable (ODD) et l’Accord de Paris sur le climat, il est impératif qu’elles se réunissent pour accorder leurs investissements avec ces engagements. Le 12 novembre, le sommet Finance en Commun aura ainsi pour but de permettre à 450 institutions de financement du développement de construire une coalition en soutien de l’action collective.
  • Le 11 novembre à 15h (heure de Paris) – Les institutions mondiales ainsi que des états ont parfois peiné à mettre en œuvre des réponses convaincantes à la pandémie, laissant les collectivités locales en première ligne. Anne Hidalgo (Maire de Paris), Michael R. Bloomberg (Bloomberg LP & Bloomberg Philanthropies) et Frans Timmermans (Commission européenne) souligneront le rôle crucial que les villes ont joué dans la lutte contre la pandémie, ainsi que leur contribution essentielle à la relance post-Covid -19.
  • Le 11 novembre à 16h30 (heure de Paris) – La pandémie de Covid-19 frappe durement les populations réfugiées : Peter Maurer (CICR), Nadia Murad (Nadia’s Initiative, Prix Nobel de la paix) et David Miliband (International Rescue Committee) aborderont la crise qui s’ajoute aux crises existantes et ce qui peut être fait pour remédier à cette situation.
  • Le 11 novembre à 15h (heure de Paris) – L’Afrique a bien résisté à la pandémie de Covid-19 : Louise Mushikiwabo (OIF), Mo Ibrahim (Mo Ibrahim Foundation), Tidjane Thiam (Union Africaine) et Koen Doens (DEVCO) feront le point sur la situation et les dangers qui se profilent à l’horizon, tout en proposant des scénarios pour y faire face collectivement.
  • 2 sessions l’après-midi du 12 novembre – Le monde ne pourra pas sortir de la pandémie sans mettre des outils médicaux efficaces à la disposition de tous. Le dispositif ACT-A (Access to Covid-19 Tools Accelerator) regroupe plusieurs acteurs et vise à accélérer la mise au point et la production de produits de diagnostic, de traitements et de vaccins contre le Covid-19 et à en assurer un accès équitable. Le Forum de Paris sur la Paix proposera deux sessions exceptionnelles sur ce dispositif, avec Président Emmanuel Macron, Melinda Gates (Bill and Melinda Gates Foundation), Tedros Ghebreyesus (OMS), Adar Poonawalla (Serum Institute of India), Marisol Touraine (Unitaid), Seth Berkley (Gavi, the Vaccine Alliance) et bien d’autres.
  • Le 13 novembre à 10h45 (heure de Paris) – Le monde post-Covid19 doit-il ressembler au monde d’avant-crise ? Ou devons-nous repenser notre système de production, qui crée de nombreux externalités négatives ? Bruno Le Maire (Ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, France), Mohammed Yunus (Grameen Bank, Prix Nobel de la paix) et Mari Pangestu (Groupe Banque Mondiale) aborderont la question de la réforme du capitalisme en faveur de la santé, de l’environnement et de la cohésion sociale.
  • Le 13 novembre à 15h (heure de Paris) – La pandémie et le confinement qu’elle a entraîné ont mené à un niveau de présence et d’activité sur Internet inédit. Cette situation exacerbe les dilemmes et les dangers liés au cyberespace. Parmi les nombreuses questions abordées par le Forum qui touchent au numérique, une session sera consacrée à l’Appel de Paris pour la confiance et la sécurité dans le cyberespace. Cet appel, signé lors de l’édition 2018 du Forum, se fixera de nouveaux objectifs ambitieux en présence de Jean-Yves le Drian (Ministre de l’Europe et des affaires étrangères, France), Brad Smith (Microsoft) et des représentants des Nations Unies, entre autres.
Réunir des experts du monde entier

Le Forum réunit des intervenants du monde entier, représentant une variété de secteurs – gouvernements locaux et nationaux, organisations internationales, ONG, grandes entreprises, philanthropie, universités, médias, etc. Cette approche multiacteur assure un équilibre complet des secteurs, des thèmes et des zones géographiques. Tous, qu’il s’agisse de personnalités de premier plan, d’experts de projets ou d’acteurs de la société civile, prennent part à un dialogue ouvert, unis dans la diversité lorsqu’ils discutent de solutions plutôt que de problèmes.

En 2020, la troisième édition inclura la participation de centaines d’intervenants, dont plusieurs dirigeants des principales organisations internationales et régionales du monde, des chefs d’entreprise, des fondations philanthropiques, des universités, des médias et des représentants de la société civile internationale.

Un Espace des solutions avec 100 initiatives pour rebondir de la crise de Covid-19

L’appel à projets a recueilli plus de 850 candidatures – un record depuis la création du Forum – émanant de tous types d’acteurs : ONG, entreprises, organisations internationales, Etats, collectivités locales… C’est le signe qu’en dépit de la pandémie, il reste un formidable réservoir de coopération internationale et une volonté de répondre à la crise de façon collective.

Parmi les 100 projets sélectionnés, 46 portent sur les réponses immédiates à la crise sanitaire, sociale et économique, notamment autour des trois priorités du Forum cette année : l’amélioration de la gouvernance mondiale de la santé ; l’utilisation et l’encadrement des outils et plateformes numériques développés pour répondre à la crise ; et le soutient à la société civile et à l’activité économique en temps de pandémie. Ces projets répondent à la crise partout dans le monde, avec la moitié des projets mis en œuvre de façon globale, ou sur deux continents au moins.

D’autres initiatives sélectionnées apportent des réponses à de nombreux défis qui n’ont pas disparu avec le Coronavirus ou qui se sont au contraire accentués : le financement du développement, les efforts pour le climat, la protection des océans et de la biodiversité, l’accès à l’eau potable, la régulation et la sécurisation de l’espace extra-atmosphérique, la régulation des données et de l’intelligence artificielle, la cybersécurité, la gouvernance de l’éducation et l’égalité entre les femmes et les hommes.

Tout au long de l’événement, chaque projet aura l’occasion de présenter son initiative.

Abonnez-vous à la newsletter